26 juillet 2007

Car toute la difficulté est d'essayer de saisir de qui il s'agit.

« Tu es comme un fil tendu, lui répétai-je souvent, entre Terre et Ciel ».
Il tournait la tête, me souriait lascivement.

 Il avait dans le regard une telle mélancolie forcée qu’on le sentait tout de même heureux d’être ici.
Tous ses membres semblaient déliés. Ils l’étaient je crois. Ses mains étaient sans cesse en mouvement. Une fois tenant une cigarette, une seconde attrapant un papillon au vol, une dernière tournant indifféremment un objet entre ses doigts. Car il était très sujet aux addictions. Fumer lui allait si bien, je ne l’ai jamais encouragé à arrêter. C’était un être passionné qui possédait chaque jour son lot des lubies quotidiennes. Toujours différentes, toujours de bon goût.

Il parlait bien, possédait un humour sur et imagé. Il ne parlait pas peu mais tenait de grandes plages de silence qui le rendait plus mystérieux encore. Il aimait ça. Pauvre de nous, même si j’éprouvais des facilités pour le saisir. Je le considérais comme ma forme évoluée et finale. Cela le faisait frémir.

 Il représentait pour moi le plus savant et réussi mélanges entre le naturel et l’étudié. Il n’était pas de ces égéries hautaines et mondaines qui, talons perché et cheveux lissés, papillonnaient outrageusement des cils. Il souriait volontiers mais gardait dans les yeux une sévérité pointue qui lui faisait prendre de la profondeur. Remontant chargé la rue faubourg Saint-honoré, il avançait d’un pas rapide et décidé mais pouvait s’affaiblir à tous moments. Il était la contraction même.

 Toutes les scènes de sa vie, fussent-elles saisies, auraient pu former un merveilleux recueil de photographies. Il savait jouer avec le mystique et ne s’en privait jamais. Sa dégaine légendaire de cow-boy allumettes lui valait les pires critiques. Mais il demeurait une valeur sure, un homme qu’on aimait fréquenté. Quand il se coiffait d’un chapeau ou ajoutait une flopé de chapelets à sa nuque, on atteignait des sommets.

Je m’attendais que ça.


[....]

Posté par jacobs à 14:21 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Car toute la difficulté est d'essayer de saisir de qui il s'agit.

  • why not

    Un etre assez fantastique et fantansque je dois dire!
    la reponse, vite!

    Posté par hind, 21 octobre 2007 à 14:32 | | Répondre
Nouveau commentaire